Axe II) Le développement des différents types de guidage

 

 

A) Le téléguidage :

 

Le téléguidage est la commande à distance d'un dispositif par fils, onde électromagnétique ou tout autre porteur de signaux de commande, c'est à dire que le dispositif est contrôlable à distance. Le téléguidage est notamment utilisé pour les missiles dans le cas d'une cible fixe ou lente, souvent visible par le tireur. Les avantages du téléguidage sont que les missiles sont relativement simples et peu coûteux, l'équipement de guidage reste intact après chaque tir et que la résistance au brouillage est bonne. Les inconvénients du téléguidage sont que la précision diminue en fonction de l'éloignement du missile et la portée est donc limitée, il n'est pas possible de guider plusieurs missiles avec un seul dispositif donc la cadence de tir reste faible et la transmission des ordres n'est pas toujours fiable (rupture du fil pour le filoguidage par exemple).

 

 

On parle de téléguidage direct quand la mesure et l'élaboration d'ordres sont faits à distance. Cette technologie est assez ancienne, en effet elle est apparue après la seconde guerre mondiale vers les années 1950. A cette époque, on parle de téléguidage manuel car c'est l’être humain qui dirige le missile. Cette technologie était notamment utilisée dans les missiles antichars(SS10, SS11, ENTAC) et les missiles air-surface(AS12, AS20, AS30).

 

Le SS10

http://upload.wikimedia.org/wikipedia/commons/0/00/Ss10_Anti_Tank_Missile_29mar61_rsa_01.jpg

 

Le SS10(Sol-sol 10) est le premier missile antichar, il fut déployé en 1952. Il est de fabrication française.

 C'est un missile doté d'une charge lui permettant de percer 500mm d'acier, autrement dit tous les blindages de cette époque. L'engin est filoguidé, c'est à dire que les ordres de guidage sont transmis par deux fils afin de le diriger plus précisément à l'aide de volets. Ce missile peut être tiré du sol ou bien d'un véhicule, il est téléguidé à l'aide d'une manette afin d'atteindre sa cible.

 

 vidéo: http://www.youtube.com/watch?v=-vivsiToYT8

 

 

Le SS11

http://www.chars-francais.net/new/images/stories/galery/1964_amx13-ss11/amx13%20ss11%20tourelle%20missiles%20.jpg

 

Le SS11(Sol-sol 11) est un missile antichar de fabrication française datant de 1958. Tout comme le SS10, il est filoguidé et part d'une rampe de lancement aussi bien du sol que d'un véhicule. Il dispose d'un système de guidage optique, l'opérateur doit aligner le missile et la cible avec un levier de commande qui est relié à trois fils(filoguidage). Ce missile fut adapté afin d’être tiré à partir d'hélicoptères, d'avions et même de navires. Cet engin fut notamment utilisé pendant la guerre du Vietnam.

 

 

 

 

Le AS12

 http://craymond.no-ip.info/awk/twbomb93.jpg

Le AS12(Air-sol 12) est un missile anti-navire français datant de 1961. Cette version du missile SS12(Sol-sol 12) est un missile porté par hélicoptère qui a équipé la marine.C'est un missile de courte portée(environ 15Km) qui porte 28Kg d'explosifs, il a un temps de vol de 60 secondes et se déplace à une vitesse subsonique.

 

 

 

 

Les torpilles

 

 

http://fr.dcnsgroup.com/wp-content/uploads/2010/10/62051.jpg

Les torpilles tirées des sous-marins aussi peuvent être téléguidées et filoguidées. En effet, un câble se déroule derrière la torpille afin de permettre à l'équipage de la guider. Le sous-marin utilise les informations des hydrophones qui transforment des oscillations acoustiques en oscillations électriques afin de guider l'arme vers sa cible.

 

vidéo: http://www.youtube.com/watch?v=UgoAb2aVlgg

 

 

 

 

         Dans le téléguidage direct, on peut aussi parler du téléguidage semi-automatique, un opérateur humain suit la cible, mais c'est un calculateur qui élabore les ordres pour le missile. Cette technologie est plus récente, elle date des années 1970, elle est utilisée dans des missiles antichar(le Milan, le HOT ou encore le TOW) et aussi dans des missiles sol-air de courte portée tels que le Roland et le Rapier.

 

Le Milan

 

 

http://infos.fncv.com/public/2009/.missile-milan-er-adt-javelin-spike_s.jpgLe Milan(missile d'infanterie léger antichar) est un missile antichar français à système de guidage

semi-automatique filoguidé déployé en 1972. Ce missile est utilisable aussi bien de jour grâce à un rayonnement infrarouge que de nuit grâce à une caméra infrarouge. Le support du missile possède un viseur optique, un système de contrôle de tir et aussi un tube de lancement duquel est tiré le missile. Ce missile est stabilisé par une rotation de 12 tours par seconde en vol, il a une cadence de tir de 2 ou 3 coups par minute, il est capable de percer 600mm de blindage sur une distance de 2000m.

 

 

 

 

Le TOW

 

http://www.militaryfactory.com/smallarms/imgs/hughes-bgm71-tow.jpgLe BGM-71 TOW (tube-launched optically-tracked wire-guided) est un missile antichar filoguidé de fabrication américaine déployé en 1970. Il est l'un des missiles antichar guidés les plus utilisés. Ce missile a été conçu aussi bien pour une utilisation terrestre qu'une utilisation héliportée, en effet, cet engin peut être utilisé sur de nombreuses plates-formes telles que les jeeps ou encore les hélicoptères. Il est possible qu'un homme porte le lanceur, mais il reste tout de même très volumineux. Il fut utilisé en combat réel pour la première fois à la guerre du Vietnam et fut un succès. Depuis, de nombreux pays à travers le monde en sont équipés.

 

vidéo: http://www.youtube.com/watch?v=QUMxZ34Ptco

 

 

 

Le Roland

 

 

http://www.slovenskavojska.si/typo3temp/pics/r_ae98359e0e.jpg

Le Roland est un missile franco-allemand de courte portée sol-air. Il s'agit d'un engin antiaérien qui doit être monté sur un châssis blindé (le AMX-30 pour la France qui est un char de combat) ou bien sur CAROL (CAbine ROLand). C'est un missile téléguidé par alignement : il est en permanence recalé par rapport à l'axe optique lunette du pointeur-cible (par temps clair)ou par l'axe antenne du radar-cible (temps couvert). Un calculateur reçoit les informations sur l'écart entre la position du missile et la cible afin d'élaborer des ordres pour que le missile soit bien dans l'axe. Grâce à ce système, le missile ne peut pas s'écarter de plus de 6m de l'axe de visée. Ce missile a une masse de 63Kg, il se déplace à 500m/s, il possède une charge explosive de 6,5kg et il peut atteindre une distance maximale de 6300m.

 

 

B) L'autoguidage :

 

L'autoguidage,c'est quand l'intervention humaine n'est plus nécessaire, on parle alors de « tir et oublie ».Ce terme désigne un missile de 3eme génération qui est autonome après le lancement(missile à vol autonome). L'opérateur est donc protégé après le tir contrairement au téléguidage où il est vulnérable lorsque qu'il vise la cible. Les informations à propos de la cible sont donc programmés avant le lancement : par exemple les coordonnées et la vitesse. Après le lancement, le missile utilise donc le guidage inertiel : c'est à dire qu'il utilise des capteurs de d'accélération et de rotation afin de déterminer le mouvement absolu du missile, il est donc totalement autonome.

Il existe un grand nombre de systèmes de guidage différents, leur utilisation dépend des caractéristiques de la cible et de la précision nécessaire. On distingue deux types d'autoguidage : l'autoguidage direct et l'autoguidage indirect. Les avantages de l'autoguidage sont que la précision ne dépend pas de la portée et que la cadence de tir est grande. Les inconvénients de l'autoguidage sont que les missiles sont complexes et donc chers, les systèmes sont souvent sensibles au brouillage et leur portée est souvent faible. L'autoguidage est aussi utilisé afin de guider des robots tels que les drones.

 

Les drones

 

Les drones ont connus un grand essor durant la guerre de Corée(1950-1953) et la guerre du Vietnam(1954-1975). C'est aussi durant cette période qu'a lieu la guerre froide pendant laquelle les États-Unis développent secrètement les drones tel que le lockheed D-21. Ils permettent la surveillance et ne font encourir aucuns risques de pertes humaines. Ils sont guidés soit à l'aide d'une caméra infrarouge qui détecte la chaleur, soit avec une caméra qui transmet en temps réel ou soit avec un gyroscope qui est un appareil permettant au drone de garder une bonne trajectoire.

 

 

Le lockheed D-21

 

 

Le lockheed D-21 est un drone datant des années 1960 de la firme américaine lockheed. Il s'agit http://upload.wikimedia.org/wikipedia/commons/1/1a/M21Ship2-cropped.jpgd'un drone de reconnaissance. Il a pour but d’effectuer des missions considérées trop dangereuses pour l'homme bien qu'en 1966, le drone heurta un autre avion et tua son pilote qui s'était éjecté. Le projet fut abandonné après cet accident mais refit surface en 1969 avec son successeur, le D-21B afin d'effectuer une surveillance sur un site nucléaire chinois, mais sans succès.reconnaissance capable d'aller à la vitesse de mach 3.

 

 

 

L'autoguidage direct

 

L'autoguidage direct, c'est quand le missile utilise son propre dispositif de détection de l'objectif, ce fonctionnement est privilégié pour les cibles en mouvement. Il y a plusieurs type d'autoguidages directs tels que le radar actif, le radar semi-actif, le radar passif et enfin le laser semi-actif.

 

 

Radar actif

 

On parle de radar actif quand le missile possède un émetteur et un récepteur radar. Les ondes émises par l'émetteur sont réfléchies par la cible qui les renvoient vers le récepteur. Un traitement du signal est ensuite effectué afin d'identifier la nature de la réflexion(avion, terre,eau...). Les cibles ne sont pas détectables à longue distance à cause de la petite taille de l'antenne. Quelques exemples de missiles utilisants ce système de guidage : Vympel R-77, MICA, Exocet...

 

Vympel R-77

 

 

 

http://forum.valka.cz/files/r77_6594b_161.jpgLe vympel R-77 est un missile russe air-air de moyenne/longue portée datant de 1994. Ce missile est capable d'abattre tout type d'engin volant jusqu'à 25000m avec une portée maximale de 150km. C'est l'un des missiles les plus évolués au monde.

Ce système serait très résistant au brouillage, et en cas de brouillage il passe en mode passif et se dirige vers l'origine de l'émission. Grâce à ses quatre dérives, le missile est très maniable et donc difficile à éviter bien qu'il soit aisément repérable. Il dispose d'une charge de 30kg d'explosif à fragmentation(des éclats se propagent),elle lui permet d’être efficace contre des cibles volumineuses.

 

 

Exocet

 

 

 

http://www.wielingen1991.org/photo_arme/shoot_exocet_mm40.jpg

L'exocet est un missile antinavire français déployé en 1974 qui est subsonique et autonome. Il vole à basse altitude et il est lancé soit par des bâtiments de surface, soit par de sous marins, soit par des aéronefs ou encore par des batteries côtières. Il est très difficilement détectable, mais son radar ne s'active qu'en phase terminale, ce qui peut entraîner des erreurs non rattrapables. Dans sa dernière phase de vol, il évite les défenses adverses en effectuant des mouvements imprévisibles et il dispose d'un système électronique pour déjouer les leurres. Sa charge explosive est incendiaire, elle peut mettre hors de combat une frégate.

vidéo: http://www.youtube.com/watch?v=CV8sI6BRF_o

 

 

Radar semi-actif

 

Les radars semi-actif datent des années 1950, le missile possède un récepteur sensible au rayonnement réfléchi par la cible lorsque celle-ci est éclairé par une source électromagnétique extérieure comme un radar par exemple. Ce système est utilisé dans le missile HAWK par exemple.

 

 

Le MIM-23 HAWK

 

 

http://www.thangbomaz.com/images/quan_luctaiwan/hinh10.jpgLe MIM-23 HAWK est un missile américain déployé en 1962. C'est un missile antiaérien conçu pour détruire des aéronefs mais qui a ensuite été modifié afin de détruire des missiles en vol. Ce missile atteint des cibles de moyenne portée et il est souvent monté sur remorque ou véhicule afin de faciliter son transport. Afin de détecter les cibles, un radar balaye l'espace aérien, lorsqu'une cible est détectée, sa position est transmise à un radar de poursuite qui envoie des ondes électromagnétiques sur la cible. L'objectif réfléchi alors ces ondes qui sont captées par le système de guidage du missile. Ensuite, le missile décolle et vole jusqu'à sa cible pour l'abattre grâce à sa tête explosive à fragmentation.

 

vidéo: http://www.youtube.com/watch?v=xBr-2zDSsBk

 

 

Radar passif

 

Avec le radar passif, le missile dispose d'un récepteur qui détecte le rayonnement émis par la cible souvent grâce à son propulseur à l'aide de l'infrarouge. Ce procédé de guidage est par exemple utilisé dans le missile MISTRAL.

 

 

Le MISTRAL

 

http://cache.20minutes.fr/img/photos/20mn/2010-02/2010-02-17/article_mistral.jpgLe MISTRAL est un missile français datant de 1988. Il s'agit d'un missile sol-air de très courte portée qui est guidée avec l'infrarouge passif, il est donc d'une grande simplicité d'emploi. Il a une portée de plus de 5km et se dirige avec son autodirecteur qui est infrarouge passif, c'est à dire qu'il se guide en fonction des sources de chaleur.

A l'origine, le missile est tiré à partir d'un trépied mais il peut aussi être placé sur un navire, sur un avion ou encore sur un véhicule terrestre.

 

vidéo: http://www.youtube.com/watch?v=bkVs37S4_vE

 

Laser semi-actif

 

Le laser semi-actif est un procédé de guidage qui, comme l'indique son nom, utilise le laser afin d'atteindre sa cible. Les missiles utilisant ce procédé de guidage disposent d'un désignateur laser qui illumine la cible.Cette technologie fut développé en 1970 grâce aux progrès réalisés dans ce domaine. Le laser utilisé est souvent invisible à l’œil nu car il ne fait pas parti du spectre visible. Ce système de guidage est souvent utilisé pour obtenir une grande précision, il est utilisé par exemple dans le missile AS-30L.

 

 

L'AS-30L

 

 

http://upload.wikimedia.org/wikipedia/commons/1/1a/AS.30.jpgL'AS-30L(missile air-surface guidé par laser) est un missile français déployé en 1985. Il a une courte

 portée et équipe des avions tel que le mirage 2000. Il est guidé par un système de guidage laser: ATLIS(automatic tracking and laser integration system). Ce système de désignation laser fut développé en 1975 afin d'équiper des armements guidés au laser. Il marque la cible et assure ensuite le tir du missile. Ce système permet une très grande précision, on dit qu'il permet d'effectuer des frappes « chirurgicales ». Le missile est positionné sous l'avion, il dispose d'une caméra qui restitue les images sur un écran dans le cockpit de l'avion où le pilote peut diriger le missile à l'aide d'un manche.

 

 

 

 

Autoguidage indirect

 

L'autoguidage indirect est un procédé de guidage pour lequel le missile se repère à une référence différente de la cible mais liée à celle-ci. Le missile contient un dispositif pour détecter sa position grâce à l'axe de faisceau et il s'aligne automatiquement sur cet axe afin d'atteindre la cible. La précision de ce type de guidage dépend de la distance du missile et de la finesse du faisceau mais l'autoguidage direct peut aussi être utilisé pour le compléter comme guidage intermédiaire,c'est le cas du RIM-8 TALOS.

 

 

Le RIM-8 TALOS

 

http://upload.wikimedia.org/wikipedia/commons/7/7b/Final_US_Navy_RIM-8_Talos_firing_1979.jpg

 

Le RIM-8 TALOS est un missile américain datant de 1958. Il s'agit d'un missile surface-air de longue portée qui est embarqué sur les navires. Ce missile pèse 3,5 tonnes et mesure 11,5 mètres, d'où son nom talos qui est un géant de bronze dans la mythologie grecque. Il dispose soit d'une charge explosive de 135kg, soit d'une charge nucléaire. Il est d'abord guidé indirectement en s'alignant dans le faisceau radar et il est ensuite guidé par radar semi-actif jusqu'à la cible.

 

vidéo: http://www.youtube.com/watch?v=eoRhD9UcL9E  

 

 

En conclusion, nous pouvons dire que la Seconde Guerre Mondiale est un tremplin pour le guidage dans le domaine militaire. Suite à cette guerre, de nombreux procédés de guidage sont apparus. Ces types de guidage sont différents et ont chacuns leurs propres spécificités, ce qui a permi de créer aussi bien des robots de combats que des missiles de plus en plus performants ayant chacuns leur utilité en fonction de plusieurs paramètres tels que le climat, la distance ou encore la cible.